In Memoriam — 08 Abril 2013
WLADIMIR SKOURATOFF (1925 – 2013)

skouratoff

Wladimir Skouratoff, est née à Paris mais ses parents étaient d’origine ucranienne. Dans un premier temps, aurait voulu être pianiste, commença ses études de danse avec la célèbre Olga Preobrajenska à l’âge de 15 ans.

Il était le seul garçon parmi toutes les filles et, au début, il n’y avait pas d’élèves masculins aux fameux studios Wacker de Paris.

A une occasion, sûrement provoquée par sa timidité, Mme.Preobrajenska lui conseilla de «faire comme les autres»… qui étaient toutes des danseuses.

Photo avec Olga Preobrajenska

Au cours des années suivantes, il                       eut comme professeur Alexandre Volinine.Ce dernier,                       qui avait dansé avec Anna Pavlova, lui transmit le                       grand style traditionnel de danseur noble et de partenaire                       attentionné, art dans lequel il a excellé                       auprès de ses célèbres partenaires,                                              comme Chauviré, Charrat, Jeanmaire, Hightower, Moreau,                       Ferri et bien d’autres encore.

Avec Jacqueline Moreau                                dans “Dúo” Photo: S.Lido

Avec Ivette Chauviré                               dans “Suite romantique” Photo: Alec Murray

Avec Olga Ferri                               dans “Giselle”

Avec Rosella Hightower                               dans “Piège de lumière”

Possédant une technique éblouissante                        –il suffisait de le voir danser les Danses                       Polovtsiennes                       du Prince Igor pour ne jamais l’oublier–                        et étant d’une incroyable beauté et                       d’une virilité innée (caracteristiques                       toutes deux très extraordinaires chez un danseur)                       Wladimir Skouratoff devient danseur étoile à                       partir de 1946. Après l’avoir vu danser dans                        Narcisse, alors qu’il faisait partie                       de la troupe de Roland Petit, Serge Lifar prend le jeune                       Volodia sous sa direction artistique.                       Dès lors, et Skouratoff le dit lui-même, «sans                       me faire passer par un corps de ballet, il m’a confié                       des rôles responsables», comme celui qu’il                       tenait dans Chota Roustaveli, «un                       ballet                       immense de quatre actes, presque une encyclopédie»,                        avec Ivette Chauviré, Janine Charrat,                       Alexandre Kalioujni et Youli Algaroff, ces derniers, interprétant                       avec Skouratoff une danse guerrière presque acrobatique,                       qui, selon Pierre Michaut, «confrontait ce remarquable                       trio d’artistes». Serge Lifar le fit aussi danser dans Aubade                       et Pygmalion avec Renée Jeanmaire,                       dans Roméo et Juliette avec Ivette                       Chauviré et dans Mephisto Valse                       avec Ludmila Tchérina et Edmond Audran, dans le cadre                       du Nouveau Ballet de Monte Carlo.

Dans “Aubade”                               (1946) Photo: S.Lido

L’influence de Serge Lifar sur Skouratoff                       n’a fait que renforcer celle d’Aveline en tant                       que danseur noble et partenaire. Mais, comme il le dit lui-même,                        «j’ai toujours voulu faire quelque chose                       de plus». Et, selon nous, sa carrière                       croisa un autre génie de la danse et de la chorégraphie,                       Léonide Massine, dont l’influence sur lui fut                       décisive et qui régla alors pour la compagnie                        Le Beau Danube, et dont Skouratoff dansera                       plus tard l’inoubliable rôle du Meunier dans                        Le Tricorne.                       Ce désir et ces influences l’ont fait devenir                       l’un des rares danseurs complets de sa génération,                       à la fois danseur noble, danseur de demi-caractère                       et danseur contemporain, et l’un des meilleurs.                       Ainsi, quand, pendant la saison 1947 du Covent Garden de                       Londres, il a dansé le rôle du                       favouri de Schehérezade, le critique                       anglais John Percival a décrit son interprétation                       comme la meilleure de cette saison : «sa magnifique                       élévation aurait pu à elle seule rendre                       cette représentation mémorable, mais son interprétation                       était encore plus étonnante.Carl van Vechten                       a décrit Nijinsky dans ce rôle avec ses doigts                       subtils et sensuels flottant dans l’air près                       de la peau de Zobéide sans jamais la toucher ; Skouratoff,                       créant exactement ce même effet, donnait quelque                       idée de la conviction passionnée que le rôle                       devait avoir gagné de son premier interprète».                       (Extrait d’un article intitulé «Il                       peut transformer un pauvre ballet en une réussite»,                        1959).

Avec Mlle. Cassini                               dans “Schehérezade”

Après de brèves mais prolifiques                       saisons aux Ballets de Paris de Roland Petit et aux                       Ballets des Champs-Elysées, et à l’époque                       où il dansait le rôle d’Albrecht dans                        Giselle – rôle qui devrait devenir l’une de ses grandes                       interprétations– avec Ivette Chauviré                       en                       1951, le Marquis de Cuevas, qui avait déjà                       constitué sa propre compagnie aux Etats- Unis                       avec des étoiles de la danse de ce pays, et après                       l’avoir vu danser au Théâtre de                       l’Empire de Paris, l’engagea immédiatement                       en tant que l’un de ses danseurs-étoiles.                       Skouratoff resta dans cette compagnie jusqu’à                       la mort de Cuevas en 1961, si bien depuis 1958 il a fait                       quelques apparitions indépendantes.

Ce fut une autre expérience inoubliable                       que de le voir danser avec la compagnie de                       Cuevas, pendant les saisons 1954 et 1956 à Buenos                       Aires, au moment où sa dimension                       artistique était définitivement consolidée,                       dans ses grandes créations, Piège                       de lumière                       (Damase-Taras), Le beau Danube (Strauss-Massine),                       les Danses Polovtsiennes (Borodin-                       Fokine) déjà mentionnées –le                       critique argentin Fernando Emery dit à propos de                       son                       interprétation qu’elle était la meilleure                       qu’on ait pu voir depuis celle du mythique Adolph                       Bolm– et aussi dans son incroyable Albrecht de Giselle                       (Adam-Coralli-Perrot).

À Buenos Aires                               (1956) Photo: A. Heinrich

À Buenos Aires                               (1956) Photo: A. Heinrich

Nous devons rappeler que dans le cadre de                       cette compagnie, en 1954, Bronislawa Nijinska                       avait remonté les ballets Boléro                       (Ravel) pour Skouratoff et Marjorie Tallchief et Petrouchka                       (Stravinsky) pour Skouratoff et Serge Golovine.

Avec Marjorie Tallchief                               dans “Boléro”

En 1958 il fut le protagoniste masculin                       de Le rendez-vous manqué (Magne-Taras                       sur un livret de Françoise Sagan), production indépendante                       de Roger Vadim représentée par la suite à                       Londres et aux Etats-Unis. A cet égard, les critiques                       anglais dirent que «tout le poids de la                       danse reposait sur les épaules de Skouratoff, qui                       était sur scène presque tout le temps. C’est                       un excellent danseur et tout ce qu’il a à faire                       dans cette oeuvre pourrait être considéré                                              comme l’un des rôles les plus exténuants                       du ballet contemporain».

Dans “Le rendez-vous                               manqué”                               avec Toni Lander Photo: S.Lido

Par la suite, il travailla pour la télévision                       française. On peut citer Les filles de feu,                       dans                       lequel il interprétait le poète Gerard de                       Nerval, le ballet de la Kovantchina de                       Moussorgski, L’histoire du Soldat et Le                       rossignol et l’Empereur de la Chine de Stravinsky,                       le Concerto d’Aranjuez de Rodrigo                       et Le mandarin merveilleux de Bartok, toutes                       chorégraphies originales réalisées                       pour la télévision, entre 1958 et 1964.

Programme de la TV                               du 18 octobre 1962 “Les filles du feu”

Au cours des années 60, il fit un                       grand tour des théâtres européens, à                       commencer par                       Le Festival Ballet de Londres, puis à Nice, Strasbourg,                       Marseille, Génève et Belgique,                       en tant que danseur et chorégraphe. En 1970 il fut                       engagé au Grand Théâtre de                       Bordeaux comme maître de ballet et chorégraphe,                       et y resta jusqu’en 1990. Il y créa                       de nombreux ballets et transmis à la compagnie les                       valeurs fondamentales de la                       grande tradition franco-russe de la danse, recueillie deux                       siècles auparavant par                       l’entremise du célèbre Marius Petipa.                       Nous avons établi une liste de ses très nombreuses                       oeuvres en tant que chorégraphe au Grand Théâtre                       de Bordeaux, qui fait l’objet d’un                       chapitre particulier de ce site; j’ai consulté                       personnellement les archives de Bordeaux en 2006, dans lesquelles                       figurent environ 20 chorégraphies originales, des                       reprises et plus de 30                       opérettes, crées au cours des 20 années                       pendant lesquelles il fut maître de ballet et                       chorégraphe à Bordeaux.

À Buenos Aires                               (1956) Photo: A. Castro

Dans “Boléro”

Bien que l’année 1990 ait marqué                       sa retraite du monde de la danse, Skouratoff a été                                              sollicité en 2006 par le Théâtre de                       l’Opéra de Kiev, lieu de naissance de Serge                       Lifar,                       qui, faisant appel à son incroyable mémoire                       et à son talent, lui a démandé de remonter                       le ballet Aubade, que Lifar avait crée                       sur la musique de Francis Poulenc pour Skouratoff et                       Renée Jeanmaire pas moins de 60 ans auparavant, en                       1946.

Dans “Aubade”                               avec Renée Jeanmaire                               (1946)

Ce fut un événement unique,                       très célébré par les russes,                       qui ont une dévotion particulière pour Serge                       Lifar, comme pour tous les descendants de leur compatriotes                       exilés, tel Wladimir Skouratoff, né en France                       de parents russes émigrés.

Nous pensons donc, en le considérant                       comme le dernier des héritiers de la grande tradition                       franco-russe, faire acte de justice historique, d’autant                       plus que presque tous ses                       contemporains ne sont plus de ce monde, et surtout parce                       que non seulement il l’est                       vraiment et mais encore, il continue à créer                       et à apporter sa contribution au monde de la                       danse de ce nouveau siècle.

Chevalier des Arts et des Lettres

Au commencement même de ce nouveau                       siècle, le Ministère de la Culture et de la                       Communication a décerné à Wladimir                       Skouratoff le grade de Chevalier dans l’ordre des                       Arts et des Lettres, l’une des principales décorations                       de la République Française. «Cette                       distinction veut honorer les personnes qui se sont illustrées                       par leur créations dans le domaine artistique ou                       littéraire, ou pour la contribution qu’elles                       ont apportée au rayonnement de la Culture en France                       et dans le monde». Comme il est exprimé                       à la lettre de Madame la Ministre Catherine Trautmann                       à M. Skouratoff le 1er.janvier 2000.
Traduction: Elisabeth van Moere

Amalia Contursi

Chauviré+-+Skouratoff+en+Grand+Pas+Classique+(Foto+de+Serge+Lido)[1]

Related Articles

Share

About Author

Antonio Laginha

(0) Readers Comments

Comments are closed.